Bandeau
Docteurinfo - la santé par la connaissance La santé par la connaissance

Site d’information médicales qui recense des liens "santé" choisis pour la qualité de leur contenu médical mais aussi pour leur indépendance éditoriale en dehors de tout groupe de pression institutionnel ou commercial.

Contraceptifs oraux estroprogestatifs : préférez les « pilules » de 1re ou 2e génération
Article mis en ligne le 22 avril 2009
logo imprimer

Les contraceptifs oraux estroprogestatifs (COEP) sont parmi les moyens les plus eficaces (indice de Pearl < 1) pour la prévention des grossesses non désirées.
■ L’efficacité des différents types de COEP est du même ordre.
■ Tous les contraceptifs estroprogestatifs sont associés à une augmentation du risque d’accident thromboembolique artériel ou veineux. Avant leur prescription, il est indispensable de rechercher des facteurs de risque thromboembolique personnels ou familiaux. Chez les femmes ayant des facteurs de risque constituant une contre-indication, un autre mode de contraception devra être proposé.
■ Les COEP dits de 3e génération (C3G, contenant du désogestrel, du gestodène ou du norgestimate) exposent les femmes à un surrisque d’accident thromboembolique veineux par rapport aux COEP dits de 1re ou 2e génération (C1G ou C2G).
■ Aucune étude n’a démontré que les C3G apportaient un bénéce supplémentaire par rapport aux C1G/C2G sur les effets indésirables comme l’acné, la prise de poids, les nausées, les mastodynies, la dysménorrhée, l’aménorrrhée et les méno-métrorragies.
■ Du fait de leur moindre risque thromboembolique veineux pour une eficacité comparable, la HAS considère que les contraceptifs oraux de 1re ou de 2e génération doivent être préférés à ceux de 3e génération.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.41